La formation à l’Ensai

 

Une formation en trois ans

 

L’Ensai dispense aux élèves ingénieurs une formation en trois ans.

  • La première année vise à apporter aux étudiants les fondamentaux dans trois domaines :
    • – Mathématique et statistique (arithmétique, algèbre, théorie des probabilités, méthodes d’estimation et de test),
      – Économie (microéconomie, macroéconomie)
      – Informatique (gestion de base de données, programmation).

Les compétences ainsi acquises sont notamment appliquées lors de projets informatique et statistique.

  • En deuxième année, les étudiants apprennent les principales méthodes statistiques telles que la régression, les séries temporelles ou la statistique computationnelle. Ils ont également l’opportunité de diversifier leurs compétences avec des cours électifs portant sur les chaînes de Markov, les méthodes de discrimination ou encore la régression non et semi-paramétrique.

A la fin de leur 2ème année de scolarité, les élèves de l’Ensai doivent effectuer un stage d’application en statistique de 2 à 3 mois entre juin et août. Cette immersion professionnelle doit leur permettre d’appliquer les méthodes et techniques apprises de façon académique.

Leur savoir-faire commence à couvrir un large champ de la statistique :

    – Analyser et construire un modèle de prévision sur une série chronologique de données
    – Modéliser l’activité, par exemple en mettant en évidence le lien entre une variable et un ensemble d’autres indicateurs
    – Construire un score
    – Segmenter une clientèle en fonction de caractéristiques de proximité
    – Tirer un échantillon en vue de mettre en place une enquête ou en tester sa représentativité …

Ces méthodes peuvent notamment être implémentées en SAS ou R, voire sur un autre logiciel statistique, après un court apprentissage en entreprise. Ce stage peut être couplé avec le projet statistique de 2e année qui s’échelonne de janvier à mai.

  • Pour préparer les ensaiens au monde de l’entreprise, ces derniers sont amenés à choisir l’une des six filières de spécialisations présentées ci-dessous, qu’ils suivront durant leur 3ème année d’étude à l’école.

À la fin de leur formation, les étudiants de l’Ensai doivent effectuer un stage de fin d’études de 5 à 6 mois, dans le domaine correspondant à leur spécialisation, au cours duquel ils appliquent les compétences acquises pendant leurs trois années d’école.

 

1et2a
ampoule

 

 

   

Les six filières de spécialisation

 

Génie Statistique

Même si l’un des débouchés revendiqué de la filière est l’industrie, la caractéristique de cette filière est sa transversalité. A l’issue de cette filière, les étudiants sont capables de s’adapter à des problématiques provenant de différents secteurs d’activités comme l’industrie, le secteur bancaire, l’environnement, les services … C’est la voie à privilégier pour ceux qui se destinent à la recherche et au développement dans le domaine des statistiques. Les thèmes abordés incluent la qualité et la fiabilité, le traitement de l’image et du signal, ainsi que la prévision et ses applications, notamment dans le domaine de l’environnement.
Sciences de la vie

Après des compléments en statistiques, notamment en données de survie, modèles mixtes et analyse séquentielle, les enseignements apportent les outils nécessaires pour une spécialisation dans le domaine de l’expérimentation. Les cours d’épidémiologie, d’essais cliniques et de plans d’expériences permettent en particulier aux étudiants de recevoir une solide formation pour des applications dans le secteur de la santé.
Gestion des Risques et Ingénierie Financière

L’objectif est de former des ingénieurs spécialistes de la finance quantitative, capables d’innover et de proposer de nouvelles méthodes d’analyse. Pour cela, une grande importance est accordée à la mise en situation des élèves sur des cas concrets. Ainsi, la part des ateliers traitant de problématiques réelles représente plus du tiers de la totalité des enseignements. L’accent est mis aussi sur les enseignements à forte spécialisation et à caractère innovant qui permettront aux élèves d’aiguiser leur esprit critique et leur créativité, essentiels aujourd’hui dans une industrie financière de plus en plus concurrentielle.
Marketing Quantitatif et Revenue Management

Une importance croissante est aujourd’hui accordée à l’étude du comportement du consommateur dans la prise de décisions marketing : segmentation des marchés, développement de nouveaux produits ou services, stratégies publicitaires, choix de canaux de distribution, etc. Cette étude est caractérisée par son origine pluridisciplinaire, mêlant économie et statistique surtout, mais aussi psychologie ou sociologie. La filière Marketing quantitatif et gestion de la relation client forme des ingénieurs capables de mener une telle analyse à partir de modèles pertinents, leur permettant de dégager des tendances de consommation, les caractéristiques d’un marché présent ou futur, et de prendre des décisions optimales.
Statistique et ingénierie des données

Cette filière permet de renforcer le pilier informatique afin que celui-ci devienne une composante technique forte comparable aux compétences statistiques des ingénieurs issus de l’Ensai. La formation permet une approche de la culture informatique ainsi qu’une présentation approfondie des technologies les plus récentes. Ainsi, l’architecture, les réseaux, la gestion de projet, la gestion et la manipulation des bases de données sont enseignés parallèlement aux techniques de Datamining et d’apprentissage, de programmation objet, de programmation web et de gestion de la sécurité des données.
Ingénierie Statistique des Territoires et de la Santé

Cette filière vise à donner un bagage en ingénierie statistique et économétrie permettant l’évaluation des politiques publiques. Différents concepts sont mis en exergue afin d’étudier les liens entre systèmes de santé, de retraite, de dynamique des territoires et donc des politiques publiques à l’œuvre dans ces domaines d’activité. Elle mobilise un grand nombre d’outils statistiques et économétriques, notamment en microéconométrie. Les liens entre démographie et santé, urbanisation et économie de l’énergie sont, par exemple, étudiés avec l’œil à la fois du politique publique et du statisticien. Elle ouvre sur de très nombreux domaines de la décision économique, que ce soit dans le secteur public (ministères, santé, sécurité sociale…) ou privé (cabinets d’étude, instituts de sondages…).

Nous vous invitons également à consulter la présentation détaillée des filières sur le site de l’Ensai.